Chatouillement De L'Âme

Chevalet de bord de mes peintures et de mes émotions de la vie. Entre pinceau et écriture teintée de mes états d'âme au fil du temps qui s'écoule, sans que je puisse le retenir.

samedi 20 décembre 2014

Art à Montpellier...

iIXty8OOcA6ZJzQgnFeo_zl72eJkfbmt4t8yenImKBXEejxNn4ZJNZ2ss5Ku7Cxt

Je pourrai vous parler de la goujaterie de l'un mais je préfère vous dévoiler la finesse de l'art d'un autre. Quand celui là nous fait voyager dans la beauté d'une nature à réinventer, avec les matériaux de base du dessin: fusain, encre, crayon, feutre, l'autre se fait si irrespectueux que son altérité fissurée le fait chuter...

   "Abdelkader Benchamma est chinois" voici la première phrase prononcée avec humour et passion du conférencier, passionné, qui nous a décrypté l'oeuvre de cet artiste  que j'avais  découvert la veille, seule, au  Carré Saint-Anne, une église devenue Galerie d'Art, dans le centre historique de Montpellier.

 

Benchamma est chinois non pas dans sa lignée biologique mais sa filiation artistique semble auréolée de poussière de Chine. L'encre noire, le fusain, dans une écriture aérienne, légère, une calligraphie où les réserves de blanc sont choisies. Ces blancs loin de représenter ce qu'il reste, le résiduel de papier après avoir terminé le dessin, sont l'éclairage et la mise en perspective  des traits. En référence à la philosophie taoiste, de la plénitude du vide de Lao-Tseu, Benchamma  utilise le vide pour que puisse se déployer le plein. Le Yin  Yang. Dans l'art ocidental, les réserves représentent  les bords non dessinés, le fond. Autre point d'ancrage en Chine, ce sont ses  grandes toiles, en écho aux paysages chinois, les  Shanshui.

 L'artiste pour chacune de ses expositions, fabrique des oeuvres éphémères qui disparaitront après l'évènement. Impressionnant d'imaginer les toiles de Benchamma peintes  sur les murs qui seront d'un coup de pinceau recouvertes pour l'exhibition suivante. D'autres de ses oeuvres le suivent Notamment ces paréidolies qui nous permettent  de projeter sur une forme qui nous est connue, ici un minéral en coupe, quelque chose sans ressemblance avec cet objet.  Le soleil comme une plaque d'argent mat, tel est le titre de l'exposition en référence à cette oeuvre. Que cache le soleil, symbole de ce qui est lumineux. Qu'y-a-t-il derrière la face cachée de ce qui est éclairé?

 Si vous avez l'occasion de croiser le travail de cet artiste, n'hésitez pas, un voyage aérien subtil ...

LN

 

Posté par tanamo à 00:39 - Culture - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire